Nicolas Bougaïeff, producteur et artiste basé à Berlin, annonce son premier album The Upward Spiral qui sortira sur Mute/[PIAS] en vinyle et digital le 24 juillet 2020.

Le premier titre, ‘Thalassophobia’, traite d’introspection. “Thalassophobia” un mot grec qui renvoie à la peur de la profondeur : en fait c'est littéralement la peur de l'eau, mais c'est aussi la peur des profondeurs insondables", explique-t-il. "Je parle de la peur des profondeurs, à la fois littéralement et métaphoriquement. C'est un beau mot qui m'attire depuis des années".

Une techno industrielle féroce charge l'album d’une énergie de rencontre et de rupture. Mais il se passe beaucoup plus de choses que ce que l'on entend au premier abord. Bougaïeff a développé l'album à partir d'une technique de composition sur mesure, une expérience de studio soigneusement réfléchie sur la façon de transformer l'amour de la techno en de nouvelles formes innovantes.

À travers neuf mésaventures métalliques, que Bougaïeff décrit comme des "petites partitions ouvertes", il fait éclater des motifs de batterie et des synthés tranchants en un mélange d'une efficacité satisfaisante. Des structures rythmiques complexes se cachent sous la "confiture de fraises" de l'esthétique de surface. Cette illusion rythmique s'infiltre dans chaque crevasse d'un disque qui apporte une part d'académie à la rave.

Sur la mutation rampante de ‘Nexus’, le gabber, l'IDM et la drum'n'bass s'entrechoquent. ‘Flying High’ s'envole avec une mélodie brillante, emmenant l'oreille vers de nouveaux horizons tout en prenant la forme toujours changeante d’une transe ambiante aux échos de percussions. ‘Positive Altitude’ reprend là où le morceau précédent s'est arrêté, et s'enfonce encore plus profondément dans une transe dure et hypnotique. ‘Inexadorable" est le morceau le plus implacable et le plus sinistre du disque, même si les intentions de Bougaïeff pour l'album sont de chanter l'optimisme et l'engagement plutôt que le nihilisme et la destruction.

Cet album témoigne à nouveau de son amour de plusieurs décennies pour la musique de club, un amour qui a poussé Bougaïeff à remettre en question les idées reçues, en proposant des sets Berghain qui brisent les genres et mélangent habilement le hip-hop québécois avec Tchaïkovski, la techno et l'ambient. Après avoir lancé son premier disque en tant que producteur en 2013, l’EP Movements avec Max Cooper, Bougaïeff a depuis sorti une série de singles sur des labels tels que Trapez et un EP sur novamute en 2017, Cognitive Resonance.

Tracklisting

Embrace Hope All Ye Who Enter Here
Thalassophobia
The Upward Spiral
Inexadorable
Nexus
Flying High
Positive Altitude
Inward Megalith
Listen Carefully To The Heart Beat